Tu redoutes l’affront comme de la merde aux pieds

Tu redoutes l’affront comme de la merde aux pieds.
Entraves de vent autour de tes chevilles.
Plus nues, impossible,
ce sont les constructions dont tu rêvais.
Et ça remet ça.
Le blabla de la méduse dans la bouillie au point d’ébullition.
Les regrets. Les louanges (prout).
Chose qui fuit des haut-parleurs.
Il ne faudrait pas que ça devienne plus concret.
Tu adoucis le saint-frusquin. Tu souffles.
Laisse-le prendre. La peau, on peut l’ôter.
Quel bonheur ! Racle-le, oui, là,
ce sont les finesses.
Chaleur à vie des mains d’autrui ?
Le bouillon grumeleux se dirige déjà vers la bonde centrale.
Aurait-on là le venin ?

  

———-
Extrait du recueil de Slalom soft (le Slalom soft)
Editions: Meulenhoff|Manteau, 2009
Traduction: 2009, Daniel Cunin